Le projet médical du Nouveau Lariboisière

Le projet médical du projet Nouveau Lariboisière

Le projet Nouveau Lariboisière s’inscrit dans la stratégie globale du Groupe Hospitalier (qui comprend Saint Louis, Lariboisière et Fernand Widal). En particulier, les axes forts confirmés dans NLRB s’inscrivent en complémentarité avec le site St Louis dont les axes majeurs sont l’hématologie, la cancérologie et l’oncodermatologie.

Le projet médical rdu Nouveau Lariboisière repose sur le regroupement, au sein du nouveau bâtiment, des activités de soins aujourd’hui dispersées alors que leur complémentarité, la cohérence de parcours de soins et la qualité de prise en charge des malades justifient une étroite proximité.
Ces activités médicales et chirurgicales s’organisent autour de 3 axes :

Les services de rhumatologie et de chirurgie orthopédique développent des thématiques autour de la fragilité osseuse et ses conséquences, les pathologies microcristallines, infectieuses et tumorale, les maladies osseuses rares, les pathologies arthrosiques et leur traitement médical ou chirurgical par prothèse en particulier.
Une partie importante de l’activité, en particulier chirurgicale, est en lien direct avec les urgences traumatologiques.

Les spécialités regroupées dans le futur bâtiment seront la neurologie, la neurochirurgie, la neuroradiologie, l’ORL et l’ophtalmologie. Puis les activités de psychiatrie, addictologie médecine physique et de réadaptation rejoindront en 2024 l’hôpital dans le bâtiment Galien qui aura été rénové.
Les thématiques principales développées dans ce pôle d’activité sont la pathologie neurovasculaire (petits et gros vaisseaux) de l’urgence à la réadaptation, la pathologie de la base du crâne, la pathologie de la rétine, et les maladies bipolaires.
Le site accueille par ailleurs les grandes gardes de neurochirurgie, d’ORL et de neuroradiologie interventionnelle.

Cet axe concerne l’ensemble de l’hôpital. Le service d’accueil des urgences -SAU- tout d’abord qui reçoit près de 80 000 patients par an et constitue une porte d’entrée importante. La filière de prise en charge des pathologies aiguës inclut en deuxième ligne les réanimations, les soins continus et la cardiologie. La filière d’aval des pathologies aiguës est constituée par la médecine interne et la gériatrie. Le service de gynécologie obstétrique fait partie de cet ensemble.
Le nouveau bâtiment s’organisera autour d’un vaste plateau technique composé des urgences, d’un bloc opératoire de 17 salles, de salles d’imagerie diagnostiques et interventionnelles et d’un ensemble de 73 lits de soins critiques (réanimations médicales et chirurgicales, surveillance continue, soins intensifs), des secteurs de pharmacie et stérilisation. Ces secteurs d’activité, très denses, constitueront le noyau central autour duquel graviteront les différents services d’hospitalisation conventionnelle. Les activités ambulatoires seront accueillies dans les bâtiments historiques et reliées au nouveau bâtiment dans un souci de fluidité des parcours des patients et des professionnels.
Dans son ensemble, la proximité géographique des activités complémentaires permettront de minimiser les déplacements des patients et des personnels.
Le site sera doté d’un vaste ensemble ambulatoire composé d’une unité de chirurgie ambulatoire, d’unités de médecine ambulatoire et de plateaux de consultation.
Ainsi 65 places de jours seront ouvertes, marquant un développement par rapport aux capacités actuelles. Cette évolution est le signe d’une transformation profonde d’un hôpital qui ne garde les patients que pendant la durée strictement nécessaire à leur prise en charge, évitant les attentes et les temps perdus. Elle marque également le renforcement des prises en charge pluridisciplinaires où les différents professionnels interviennent de façon coordonnée autour du patient.