Pourquoi le projet Nouveau Lariboisière

Pourquoi un Nouveau Lariboisière ?

Le projet Nouveau Lariboisière est la première pierre de la stratégie de l’AP-HP pour rééquilibrer l’offre de soins hospitalo-universitaire à l’échelle du Grand-Paris et au bénéfice des parisiens et des franciliens du nord de la capitale.
La construction à Saint-Ouen du futur Campus hospitalo-universitaire Grand Paris Nord, qui regroupera notamment les activités médico-chirurgicales des hôpitaux Bichat et Beaujon en constituera la seconde étape.
Cette vaste restructuration au nord de Paris permettra d’offrir à la population des hôpitaux modernisés, une recherche de pointe et une répartition géographique adaptée aux évolutions démographiques.
Un projet médical coordonné Nord de Paris a été élaboré afin de renforcer la complémentarité et la coordination entre les projets Nouveau Lariboisière et du Campus hospitalo-universitaire Grand Paris Nord à Saint-Ouen, en répartissant les pôles lourds d’activité clinique et de recherche entre les deux ensembles.

pourquoi-le-nouveau-lariboisiere

Le projet a également pour objectif de moderniser les structures de l’hôpital Lariboisière.
Son architecture du milieu du XIXe siècle, sous la forme d’un hôpital pavillonnaire et fragmenté, visait alors à répondre à des préoccupations hygiénistes en luttant contre les infections et épidémies. L’hôpital a su évoluer en exploitant au mieux ce patrimoine aussi riche que contraignant. Aujourd’hui, ces bâtiments à l’architecture certes remarquable, ne répondent plus aux exigences de la réglementation et d’une médecine moderne.

Les blocs opératoires, l’imagerie et la réanimation chirurgicale sont par exemple aujourd’hui implantés sur trois niveaux de sous-sol. De la même façon, la saturation du site ne permet pas aujourd’hui de rapprocher le service des urgences de son unité d’hospitalisation de courte durée : il faut en effet pour les soignants et les patients parcourir 800 mètres via un souterrain entre les deux structures.

C’est dans ce contexte que l’AP-HP a décidé de mettre en œuvre une opération de restructuration globale, qui doit permettre de regrouper dans un même bâtiment toutes les activités d’hospitalisation et médicotechniques aujourd’hui dispersées sur le site.
L’opération prévoit donc la reconstruction du bâtiment Morax, bâtiment à visée technique et tertiaire, et la construction du bâtiment Nouveau Lariboisière, siège des activités médicales, qui accueillera les lits d’hospitalisation, les blocs opératoires, les urgences, un plateau d’imagerie diagnostic et interventionnel, les lits de soins critiques et une maternité.
Dans un second temps, le bâtiment Galien sera profondément rénové, pour accueillir les activités de psychiatrie, d’addictologie et de médecine physique et réadaptation aujourd’hui installées à Fernand-Widal.
Les anciens bâtiments seront aussi réhabilités pour accueillir des activités de consultation, de médecine ambulatoire et de bureau. D’autre part, en conformité avec sa vocation hospitalo-universitaire une autre partie des bâtiments sera réaménagée pour accueillir une plateforme de recherche cohérente avec les spécialités médicales présentes sur le site hospitalier permettant ainsi la constitution d’un campus hospitalo-universitaire.
Enfin, la frange ouest du site sera cédée en vue de la construction de bâtiments d’habitation, permettant ainsi de contribuer au financement de l’opération.

Hôpital de 610 lits -dont 489 dans le nouveau bâtiment-, le Nouveau Lariboisière développera également les séjours ambulatoires et les prises en charge rapides préalablement et soigneusement préparées. Il s’agira d’offrir sur un même lieu, dans un temps resserré, l’ensemble des services pour une prise en charge complète.

La récupération améliorée après chirurgie permettra d’optimiser le confort du patient tout en favorisant son retour à domicile. Le projet reposera sur un meilleur pilotage des parcours dès l’arrivée du patient permettant d’associer « le bon parcours » au « bon patient ». Les fonctions transverses de planification (centre d’appel, cellule de gestion des séjours) seront développées pour optimiser l’utilisation de la structure.
Le nouvel hôpital permet de répondre aux enjeux des prises en charges de demain avec notamment le développement de l’ambulatoire. Il prévoit une réduction des capacités d’hospitalisation traditionnelle de 20% et une augmentation des places de jour de 23 %.

Les activités de proximité qui sont appelées à connaitre un fort développement dans les prochaines années connaitront une augmentation de capacité dans le futur bâtiment.

C’est ainsi que la maternité qui réalise aujourd’hui 2700 accouchements a été dimensionnée pour en accueillir 3200.
Les urgences, générales et spécialisées, ont une capacité d’accueil de 140 000 personnes par an, contre 100 000 aujourd’hui, tenant notamment compte du transfert de Bichat et Beaujon à Saint Ouen dans le cadre du projet Campus hospitalo-universitaire Grand Paris Nord.

Projet hospitalier, le Nouveau Lariboisière intègre également une dimension urbaine. Le rapport de l’hôpital à la ville sera physiquement transformé. Orienté vers le nord (l’entrée principale de l’hôpital ne sera plus rue Ambroise Paré mais Boulevard de la Chapelle), il offrira une nouvelle façade contemporaine, ouverte et accueillante.

Le projet médical du Nouveau Lariboisière a été conçu par les équipes hospitalières dans le cadre de 20 groupes de travail qui ont réuni plus de 200 personnes.
La conception des espaces va se réaliser en continuant à s’appuyer sur les équipes de terrain, dans le cadre de nombreux ateliers, afin de concevoir un bâtiment fonctionnel et ergonomique.
Les professionnels hospitaliers bénéficieront à terme d’un outil de travail moderne et conçu par et pour eux, avec des distances à parcourir moindres grâce à un regroupement des activités, à des unités compactes et des liaisons logistiques directes et automatisées.
Les équipements médicaux et hôteliers seront renouvelés et modernisés.
La dématérialisation des échanges d’information sera privilégiée, limitant ainsi les impressions de documents et la manipulation de dossiers.
Le projet architectural retenu offre des linéaires de façade importants qui permettront d’offrir aux personnels comme aux malades un éclairage naturel dans la plupart des locaux.

Le Nouveau Lariboisière a été conçu pour placer le patient et ses proches au centre du projet.
Pour renforcer la prise en compte des attentes des patients, ils seront associés dans des ateliers et avec les professionnels à la conception des espaces à définir.
Les parcours patients seront simplifiés grâce au regroupement dans un même bâtiment de l’ensemble des activités de soins aigus. Pour faciliter et préparer le parcours du patient, les formalités administratives pourront être réalisées en ligne depuis le domicile.
Les conditions d’accueil et d’admission seront plus fluides et conviviales. L’espace d’accueil sera ouvert sur les vastes terrasses et jardins paysagers qui relieront les bâtiments contemporains et historiques. Les patients disposeront de meilleures conditions de confort avec des locaux modernes, fonctionnels et lumineux. Les chambres seront individuelles et disposeront d’une salle de bains particulière. Les chambres offriront de vastes baies vitrées avec pour la majorité, vue sur les jardins paysagers, les bâtiments historiques ou pour quelques-unes le Sacré Cœur.
Les patients seront associés dans les prochains mois à la conception des chambres, qui intégrera des dimensions domotiques et multimédia.
Grâce à une application mobile, le patient pourra accéder à différentes prestations hôtelières (restauration, TV….)
Le patient pourra bénéficier des terrasses et des espaces paysagers qui lui offriront des espaces de détente.
L’objectif est aussi de créer un hôpital « digital », lieu d’échange d’informations permanent entre les professionnels, avec les patients et avec les partenaires de ville.